Collège Clinique Toulouse

Le programme

Le 00 0000 {/HEURE_AGENDA} {/DATE_FIN}

SESSION 2021

Modalités de la présence dans la clinique

 

Qu'appelle-t-on présence dans la clinique? La crise que nous traversons a impulsé ce questionnement dans toutes les pratiques qui prennent leur appui dans le seul instrument de la parole.

Pandémie
Celle du nouveau coronavirus a créé des coordonnées inédites pour la clinique, en mettant les corps à distance, en mettant les corps à distance, en faisant la promotion des télépratiques. Que deviennent dans un tel contexte les pratiques qui se fondent sur l’exercice même de la parole ? Allons-nous vers une mise en cause de la présence de l'Autre nécessaire au transfert ? Une dématérialisation des interventions et de l’acte ? Certes on peut toujours à distance donner   «  de l’image, de la voix, demain l’odeur et peut-être le clone » (Jacques-Alain Miller). Reste que notre existence appellera toujours la présence

  • "Je vous attends ". La clinique prend son départ d'une demande (d’aller mieux, de changement, de comprendre, de savoir.… ) adressée à quelqu’un qui est là et vous attend. Ça commence par une rencontre, deux qui sont en présence et qui parlent ensemble. C’est une condition nécessaire. La clinique sous transfert implique de se rendre dans un lieu, d’y déplacer son corps. Là seulement, la présence de celui qui vous attend incarne la possibilité d’une échappée belle, symbolise une fenêtre ouverte sur l’inconscient. L’autre est là, pas seulement au titre du savoir qu’il est censé avoir sur nous, sur notre inconscient,  mais bien en chair et en os, une présence réelle sans laquelle il n’y a pas analyse.
  • " L’être-là ". Il y a dans le monde toutes sortes de présence, mais comment définir celle qui importe dans la clinique? Présence de la parole (dans ses effets d'interprétation) ? Présence de la personne (qui conflue avec le corps) ? Présence de l'acte?
  • "Je réalise soudain le fait de votre présence". Au point le plus significatif du transfert, le sujet éprouve parfois le sentiment brusque de la présence de l'analyste, dans sa dimension opaque, énigmatique. Présence agalmatique qui se déduit de la présence d'un manque dans l'Autre mais aussi présence réelle par où l'analyste se prête à incarner un objet. Et s'il y a un os à l'amour de transfert, c'est bien qu'il n'y a rien à consomemr dans l'analyse, mais tout à gagner si l'on consent à faire l'expérience de cet objet couleur vide.

Présence dans l’absence. Absence dans la présence. Une présence se prolonge souvent au-delà du temps et de l’espace de la rencontre physique. Et une présence peut tout à fait donner le sentiment d’une absence, le sujet est là sans être là, semble parfois se loger à distance  de son corps. Les modes de la présence sont divers qu’il s’agira de décliner à partir de nos pratiques. Chacun praticien pourra y trouver matiére à s'oienter. 

Lacan J., Le Séminaire, livre I, " Les Écrits techniques de Freud ", p. 51. Lire aussi page 53.
Miller J.-A., " Les Us du laps ", leçon du 17 novembre 1999,  inédit.
                                                                          

Christiane Alberti

Renseignements, inscriptions : collegeclinique-toulouse@orange.fr