Collège Clinique Toulouse

Le symptôme et l'enfant

De l'enfant objet à l'enfant sujet - Maryse Royenfant
« Dans la "Note sur l’enfant" choisie comme boussole, Jacques Lacan distingue deux grands types de symptôme ; ceux qui relèvent du couple familial et ceux qui tiennent de la relation duelle à la mère. Cette distinction est décisive lorsque nous accueillons des parents et que notre visée est de donner une place à l’énonciation de l’enfant qui est seul à pouvoir dire son symptôme. »



Interpréter le symptôme de l'enfant – Hélène Deltombe
« L’enfant tente de juguler son angoisse en s’inscrivant par la parole dans le champ du langage, en se saisissant du signifiant comme "appareil de la jouissance", mais ce qu’il ne peut symboliser de son rapport à la jouissance, il l’exprime par le symptôme, "nœud de signifiants" dans le réel. »



Apprendre pour que le noeud se fasse bien - Bénédicte Jullien
« Il y aurait donc adéquation entre organisme et comportement. Voilà une conception qui s’appuie sur ce que Lacan appelle un "présupposé d’une logique pédagogique qui se fonde sur un schème de l’adaptation". »



Dit-vagations d’un psy en institution : du trouble au symptôme - Gérard Mallassagne 
« Quelle place pour l’analyste dans une institution qui accueille des enfants ou adolescents en grande difficulté ? À leur arrivée, ils présentent, selon les documents officiels qui les orientent vers l’institution, des troubles du comportement, de la personnalité, associés à des retards scolaires importants. La structure du sujet est très rarement évoquée si ce n’est sous la forme de "dysharmonie évolutive" ou "personnalité dysharmonique" ou encore "personnalité borderline". »